préface

Tout d'abord, je vous présente mon système :

$ uname -a
Linux electron 3.0-ARCH #1 SMP PREEMPT Wed Aug 17 21:55:57 CEST 2011 x86_64 AMD Phenom(tm) II X4 955 Processor AuthenticAMD GNU/Linux

C'est un vaillant ArchLinux 64 bits affectueusement nommé electron, amené à la vie par un CPU AMD PhenomII à quatre coeurs. Mon système est sauvegardé par incréments horaires avec rsync et un script python fait maison sur un disque dur externe. J'ai aussi une sauvegarde hors-site à base de dar sur support DVD mais il ne contient que mes données personnelles et ne permet pas de restaurer un système bootable. Le présent article traite de ma sauvegarde de système complet.

/préface

La sagesse en informatique est de sauvegarder ses données de façon régulière, localement et hors site. Toute donnée qui n'est pas sauvegardée n'a aucune valeur. Toutefois, toute sauvegarde qui n'est pas vérifiée n'a pas davantage de valeur! En fin de semaine, j'ai procédé à un exercisse post-catastrophe. J'ai débranché mon disque dur principal pour voir si je pouvais récupérer mon système à partir de mon disque de sauvegarde vers mon disque secondaire. J'ai dû surmonter quelques imprévus et j'ai appris de quelques erreurs pour éventuellement arriver à démarrer dans un clone réussi de mon système.

Le but de cet article est d'énumérer les connaissances requises, quantifier le travail impliqué, fournir un exemple concret et prouver que mon backup est meilleur que le tien.

Tout d'abord, j'ai booté mon loyal SystemRescueCD et fait face à une première réalité : ça fais longtemps que je n'ai pas partitionné un disque. C'est probablement une question de le pratiquer plus souvent. Je vérifie l'espace requis pour les partitions root, home et boot. Je monte /dev/sda2 à /mnt/electron (electron, c'est mon hostname), je mkdir /mnt/electron/{boot,home,proc,sys,dev} puis monte les systèmes de fichiers restants :

# mount /dev/sda1 /mnt/electron/boot
# mount /dev/sda3 /mnt/electron/home
# mount -t sysfs /sys /mnt/electron/sys
# mount -t proc /proc /mnt/electron/proc
# mount -o bind /dev /mnt/electron/dev

Ensuite viens le temps de lancer la commande rsync. Je suis fier d'avoir pensé à monter mon disque de sauvegarde en lecture seule. Ça n'a fait aucune différence mais le potentiel d'erreur irréversible était là. Bof, j'avais quand même débranché mon disque dur principal mais il vaut mieux ajouter cette précaution dans ma liste de vérification pour une éventuelle restauration réelle. J'omets mon dossier mm qui contient musique, vidéos et photos. Je veux un système bootable le plus vite possible et je pourrai toujours transférer ces données en arrière plan plus tard.

# rsync -av --exclude "home/alex/mm" /mnt/backup/electron/hourly.01/ /mnt/electron

Beaucoup de temps et de lignes de terminal passèrent. Une fois les fichiers copiés, il reste à installer grub dans le MBR. La façon la plus facile que j'ai trouvée est de chrooter dans le système de fichier restauré et de lancer la console interactive grub. C'est la raison pour laquelle j'ai monté les systèmes de fichier /proc, /sys et /dev dans leur sous-dossier de /mnt/electron respectifs. Par contre, il se trouve que le noyau par défaut de SystemRescueCD est 32 bits alors que mon système est compilé à 64 bits. Je redémarre donc en prenant soin cette fois de sélectionner l'option 64 bits du menu de démarrage de SystemRescueCD et remonte tous les systèmes de fichiers. Je lance ensuite les commandes :

# chroot /mnt/electron /bin/bash
[~]# grub
grub> find /grub/stage1
grub> root (hd0,0)
grub> setup (hd0)
grub> quit
[~]# exit
#

Ce qui précède est grossièrement abrégé car de la documentation détaillée est disponible sur le wiki de Archlinux et sur les forums Ubuntu Des ajustements à /mnt/electron/etc/fstab et à /mnt/electron/boot/grub/menu.lst sont requis et le système est prêt à booter.

En résumé

Les prérequis absolus pour réussir l'exercisse sont :

  1. une sauvegarde de tout sauf /proc, /sys et /dev car ceux-ci sont générés automatiquement par le système d'exploitation
  2. un disque de démarrage de secours tel que SystemRescueCD ou celui de votre système d'exploitation

Les étapes suivies sont :

  1. Démarrer dans un environnement avec la même architecture (32 ou 64 bits) que le système sauvegardé;
  2. Refaire une table de partition sur le nouveau disque dur;
  3. Créer les systèmes de fichiers de destination;
  4. Créer les dossiers proc, sys, dev, boot et home;
  5. Monter les systèmes de fichier de destination;
  6. Monter le système de fichier source en lecture seule;
  7. Copier les données;
  8. Dans un environnement chroot, installer le bootloader dans le MBR;
  9. Ajuster etc/fstab et boot/grub/menu.lst;
  10. Redémarrer

Ressources additionnelles

Conclusion

Suite à cet exercisse, je réalise que l'implémentation et l'entretien d'une routine de sauvegarde ne représente que la moitié du travail. Il est nécessaire de pratiquer la restauration de la sauvegarde régulièrement et avec différents scénarios de handicap. Il existe énormément de matériel et d'outils sur le web pour la sauvegarde de données. Tous, ou presque, mentionnent l'absolue nécéssité de tester et de vérifier ses sauvegardes. Je n'ai trouvé quasiment rien sur ce à quoi ressemble une restauration de système.

À chaque méthode de sauvegarde sa restauration réciproque. Une sauvegarde d'une image (i.e. ghost) serait plus facile et rapide, mais j'ai fait le choix conscient d'avoir une sauvegarde horaire par incrément.

Je suis certain d'avoir oublié plein d'éléments. Suite au démarrage dans mon système cloné, j'ai testé la résautique, incluant le VPN, le serveur X, le son. Il serait pertinent d'établir une liste de vérification des fonctionnalités pouvant avoir été affectées par la migration des données. Chaque pratique de restauration m'apportera des connaissances précieuses.

Comments

Comment Atom Feed

There are no comments yet.

Add a Comment

You can use the Markdown syntax to format your comment.